Texte à méditer :  Unis comme au front   UNC

Archives
 -  Les manifestations
 5 décembre à Fontenay le Comte
 75e Congrès départemental de l'UNC de Vendée : Les valeurs patriotiques mises à l'honneur
 Assemblée Générale de l’UNC : le Colonel Allavène dit au revoir au Anciens Combattants
 Congrès nationale de la Baule : Baptême du feu pour Jean-Marie Bockel
 Cérémonie en mémoire de Norbert Martin, tombé au Tchad en 1970
 Exposition « En Algérie, il y a 50 ans. »
 Foyer logement
  Histoire du drapeau
 Hommage à Jean de Lattre
 Honneurs aux morts en Algérie
 Inauguration de la Maison du Combattant
 L'assemblée générale du 27 février
 La Légion d’Honneur pour l’Adjudant-chef Jégo
 La remise du Drapeau à Rocheservière : trois couleurs pour la liberté
 Le 5 décembre 2006 en Vendée
 Le 5 décembre : Une reconnaissance pour les combattants d’AFN
 Le Congrès d'Olonne sur Mer : un hommage au monde combattant
 Le départ du Colonel Allavène
 Le patriotisme s'invite à l'Assemblée Générale de l'Union Nationale des Combattants
 Les Herbiers 2002
 Les Soldats de France
 Les valeurs patriotiques à l'honneur en Vendée
 Luçon 2001
 L’Union Nationale des Anciens Combattants : solidarité et unité au programme de l’Assemblée Générale
 Maurice de La Pintière nous a quitté
 Michèle Alliot-Marie en Vendée
 Mouilleron en Pared : Cerémonie de Lattre
 Moutiers
 Remise de drapeau à Ste Cecile
 Remise drapeau SdF à Bournezeau
 Remise du drapeau Soldat de France à Luçon
 Remise du drapeau Soldats de France à Monsireigne
 Remise du drapeau Soldats de France à Saint-Philibert du Pont Charrault
 Remise du drapeau à la section de Mesnard la Barotière
 Solidarité, Mémoire et Patriotisme au congrès départemental UNC
 Traces de Guerre et civisme
 Treize-Septiers
 Un drapeau pour les Soldats de France d’Antigny
 Voeux 2009 du Président départemental
 « Unis comme au Front », la devise de l’UNC au centre du 90e anniversaire.

Les manifestations - Histoire du drapeau

Il convient de faire la distinction entre un drapeau et un étendard, quoique désignant un même symbole, la Patrie. On parle de drapeau pour les régiments ou unités d'infanterie, et d'étendard pour ceux qui jadis étaient montés, c'est-à-dire disposant de chevaux: soit la Cavalerie, l'Artillerie et le Train des Equipages.
Le drapeau réglementaire mesure 90 cm². L'étendard 64 cm² car l'étendard était porté en selle, donc moins d'encombrement et de prise au vent. Sous la monarchie, dans un régiment d'infanterie, un seul drapeau était blanc : celui du colonel porté par le 1e enseigne de la compagnie colonelle. Toutes les autres compagnies possédaient un drapeau d'ordonnance traversé par la croix blanche des Armagnacs du parti français pendant la guerre de Cent Ans. De chaque côté de cette croix, les carrés ou cantons variaient de couleur suivant le régiment. Ils portaient le nom de leur propriétaire, car à cette époque, chaque compagnie, et à plus forte raison le régiment, appartenait à un gentilhomme qui constituait régiment. Plus tard, ils prirent le nom des Provinces: Picardie, Artois, Normandie, Auvergne, etc., seuls quelques régiments appartenaient en propre au roi: Royal des Vaisseaux, Royal Roussillon, Royal Marine, Royal Italien, etc. On voit encore sous forme de figurines dites «Plat d'Etain» la représentation de ces drapeaux d'ordonnance.
Nos racines, notre histoire
A partir de la Révolution, l'emblème prit les trois couleurs bleu-blanc-rouge. Pour bien comprendre le symbolisme de ces trois couleurs, il faut remonter dans l'histoire du pays :
Le bleu :
Le manteau de saint Martin (officier de la légion romaine), appelé chape, d'où le nom chapelle donné au lieu où il est conservé et vénéré, était bleu. Clovis, en 507, a vaincu les Wisigoths à Vouillé (15 km à l'ouest de Poitief' et Charles Martel les Arabes à Poitiers en 732 sous la bannière bleue.
Le blanc
Le symbolisme du blanc est aussi très ancien. Il était le signe du commandement dans la couleur royale. La bannière de Jeanne d'Arc était blanche. L'écharpe des Armagnacs, c'est-à-dire des Français fidèles au roi, était blanche. A la bataille à Ivry-Ia-Bataille (Eure) en 1590, le porte-drapeau de Henri IV vient d'être tué, alors le roi s'écrie: «Ralliez-vous à mon panache blanc». La cornette blanche (petit /fanion carré blanc) est encore actuellement la marque du général en chef de nos armées, et le fanion tricolore de la voiture du président de la République est cravaté / blanc.
Le rouge
Cette couleur évoque le feu et le sang, la rébellion et la révolution. La bannière de Charlemagne était constituée de bandes de tissu rouge fixées à une hampe dorée, d'où son nom d'Oriflamme (les deux mots, or et flamme). Il la tenait de la ville de Rome, la couleur rouge était celle de la pourpre impériale romaine. Cette bannière fut remplacée, au début du Xlle siècle, par celle de l'abbaye de Saint-Denis, qui était également rouge en souvenir du sang des martyrs. En 1789, la Révolution, aux termes de la loi martiale, un drapeau rouge a été déployé à la maison commune pour annoncer aux attroupements qu'ils devaient se disperser. Plus tard, le drapeau rouge devient le signe du ralliement des insurgés, en particulier en 1832 et 1848. En 1871, lors de la Commune, il flotta deux mois sur Paris,
Voici brièvement évoqués les quelques points de repaire concernant l'origine de notre drapeau. Ceci devrait rafraîchir la mémoire et la signification du drapeau. Cela devrait aussi inciter à découvrir ou redécouvrir le respect que chaque français lui doit en analysant bien qu'il n'est pas le fruit du hasard ou de la fantaisie. Il est à lui seul la représentation de nos racines et notre histoire.


Date de création : 15/05/2007 @ 14:54
Dernière modification : 29/01/2010 @ 15:57
Catégorie : Les manifestations
Page lue 1876 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


^ Haut ^

  Site créé avec GuppY v4.5.11 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL

Document généré en 0.07 seconde